• "MIRACLE" (Traduction sous la vidéo)
     
    When the leaves turn brown
    I watched it burn
    Across the sun and above the clouds
    The silence clear
    I'm ready to fall and find a lover that was meant for me
    When the wolves run wild
    I see myself
    But you won't take this road
    I go down
    The nights grow cold
    The flame goes out
    Living forever in a ghost town

    You save me
    I save you
    A miracle that was made for two
    I save you
    You save me

    The miracle as every beat of my heart

    Every beat of my heart
    Every beat of my heart
    Every beat of my heart
    Every beat of my heart
    Every beat of my heart

    You save me
    I save you
    A miracle that was never to
    I save you
    You save me
    The miracle as every beat of my heart
    Every beat of my heart
    Every beat of my heart
    Every beat of my heart
    Every beat of my heart
    Every beat of my heart

     

    Traduction Miracle - Julian Perretta

    Quand les feuilles deviennent brunes,
    je les regarde brûler.
    à travers le soleil et au-dessus des nuages.
    Les sirènes sont prêtes,
    et moi, je suis prêt à tomber et trouver l'amour qui m'était destiné.
    Quand les loups se déchaînent,
    je me vois moi-même
    mais tu n'emprunteras pas cette route.
    Je descends.
    les nuits se rafraîchissent,
    la flamme s'éteint...
    Vivre éternellement dans une ville fantôme.

    Tu m'as sauvé,
    je t'ai sauvée.
    Un miracle qui n'était pas censé arriver.
    Je t'ai sauvée,
    tu m'as sauvé.


    Ce miracle est comme chaque des battements de mon cœur.
    Chaque des battements de mon cœur.
    Chaque des battements de mon cœur.
    Chaque des battements de mon cœur.
    Chaque des battements de mon cœur.
    Chaque des battements de mon cœur.

    Tu m'as sauvé,
    je t'ai sauvée.
    Un miracle qui n'était pas censé arriver.
    Je t'ai sauvée,
    tu m'as sauvé.
    Ce miracle est comme chaque des battements de mon cœur.
    Chaque des battements de mon cœur.
    Chaque des battements de mon cœur.
    Chaque des battements de mon cœur.
    Chaque des battements de mon cœur.
    Chaque des battements de mon cœur.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    23 commentaires
  • BLOG EN PAUSE

     

    Annuaire de blogs

     

     

    MERCI À TOUS POUR VOTRE SOUTIEN ET VOS COMS D'AIDE, C'EST TRÈS GENTIL DE VOTRE PART !!!

    C'EST SUR, C'EST PAS FACILE À VIVRE, CAR J'AVAIS UN TRAVAIL QUE J'AIMAIS (AVEC LES ENFANTS), PLUSIEURS COLLÈGUES SYMPA, UNE VIE SOCIALE, MAIS ME SENTAIT CONSTAMMENT EN PRISON, ÉPIÉE ET JUGÉE, (JAMAIS COMPRISE.....) À UN MOMENT SE FAIRE LICENCIER ÉTAIT UNE SOLUTION.....PUISQUE CELA DURAIS DÉJÀ DEPUIS 8 ANS (PERTURBATION DANS MON TRAVAIL ET MA VIE PRIVÉE) JE NE POUVAIS IMAGINER DÉMISSIONNER CAR JE NE LE MÉRITAIS PAS.....LE LICENCIEMENT ÉTAIT UN MOYEN DE PAS TOUT PERDRE ET D' AVOIR DES DROITS.....

    ***JE SUIS D'AVIS DE NE PAS EN RESTER LÀ***, PAR RAPPORT AU FAITES QUE L'ON N'A JAMAIS RIEN FAIT POUR MOI POUR QUE CELA S’ARRÊTE (ESSAYER DE ME COMPRENDRE ET DE ME CROIRE) ET SURTOUT AU FINAL, ME FAIRE PASSER POUR QUELQU'UN QUE JE NE SUIS PAS.....ET ME COLLER UNE ÉTIQUETTE (PLEURS, SAUT D'HUMEUR, IRRITABLE, FAIT  LA TÊTE ETC....JE PENSE QUE J'ÉTAIS EN PLEINE DÉPRESSION MAIS CONTINUAIS À TRAVAILLER ET SUBIR ET CELA SANS MÉDICAMENTS), **MAIS À UN MOMENT, ON N'EN PEUT PLUS FAUT BIEN QUE CELA S'ARRÊTE**(SURTOUT QUAND ON SE BATS SEULE). JE PRENDS DES ANTIDÉPRESSEURS DEPUIS MON ARRÊT DE TRAVAIL DEPUIS MI-JUIN 2015.

    ***ET SURTOUT  LE PLUS IMPORTANT AUCUNES SANCTIONS PRISES, À L'ENCONTRE DES "HARCELEURS", ILS CONTINUENT LEUR PETITE VIE TRANQUILLEMENT***

    JE VAIS ÉCRIRE  CETTE LETTRE, ATTENDRE LA RÉPONSE, PUIS ALLEZ VOIR LE PRÉSIDENT DU DIOCÈSE ET VOIR LEUR RÉACTION.....PEUT-ÊTRE UN SOUTIEN DE LEUR PART.....SUITE À CELA J'AVISERAIS.....

    LES PRUD'HOMMES, CELA PEUT ÊTRE BIEN, MAIS EST-CE QUE J'AURAIS LE COURAGE D'AFFRONTER ENCORE TOUT CELA ET DE VOIR ENCORE CES PERSONNES.....JE NE SAIS PAS......

     

    MERCI ENCORE À TOUS, JE FAIS UNE MINI-PAUSE (JE PASSERAIS SANS ÉCRIRE DE COMS CHEZ VOUS), LE TEMPS D'ÉCRIRE MON COURRIER.

     

    BISOUS

     ----------------------------------------------------------------------------------------------

     

    SI VOUS VOULEZ LIRE LE DÉBUT C'EST ICI

     CLIQUEZ CI-DESSOUS :

    DÉBUT DE L'HISTOIRE

     

    ---------------------------------------------------------------------------------------------

    LA SUITE DU DÉBUT DE L'HISTOIRE :

    A LIRE CI-DESSOUS

     

    ***SUITE À CELA ARRÊT DE TRAVAIL, JUSQU'AU VACANCES D'ÉTÉ.....

    J'AI DE NOUVEAU EU UN ARRÊT DE TRAVAIL POUR LA REPRISE, ET J'AI ENVOYÉ UNE LETTRE À MON DIRECTEUR......***

    ***J'ai donc envoyez ce courrier (en faisant usage de mon droit et retrait et de son obligation de santé et de sécurité en tant qu'employeur).

    Je n'ai pas répondu, à son appel téléphonique, car il n'avait même pas commencé son enquête, puisque à peine reçu la lettre recommandée, voulait me voir.....

    Pourtant, tout était expliqué, noir sur blanc.....

    Son devoir, devait consister à rencontrer les "harceleurs" et prendre les témoignages de témoins cités dans ce courrier, chose qu'il a absolument pas fait (il a juste vu les trois personnes qui sont incriminées).

    Je n'avais pas envie de lui rabâcher de nouveau, les 10 pages de mon courrier et de toute manière (je lui avais déjà signaler, et n'en avait pas tenu compte) et surtout pour me redire que "j'avais cru".

    J'avais eu des pensées de suicide à l'école (indiqué dans ma lettre) ce qui n'était pas bon pour moi.

    Il m'a envoyé, un courrier (soit disant s’inquiétait de ma situation), puis un autre, qu'il serait souhaitable que l'on se rencontre, et autre, où il voulait mon arrêt de travail (afin d'être dans une situation reconnu par mon employeur).

    A SAVOIR, un droit de retrait (droit du salarié de se protéger d'une situation qu'il pense être dangereuse au travail), n'est pas compatible avec un arrêt de travail, c'est soit l'un, soit l'autre.....

    Il faisait donc la sourde oreille, ce qui m'a conforté dans l'idée, de ne pas donner suite à ces courriers......

    Dans un autre courrier, me disait que je pouvais rencontrer ces 3 personnes afin de clarifier la chose....(un truc impensable pour moi).

    Toujours pas de prise de rendez-vous avec les éventuels témoins, pour lui permettent d'avérer les faits.....

    J'ai eu une convocation à un entretien préalable de licenciement, biensur je n'ai pas été, suite à cela lettre de licenciement pour absences injustifiées et préavis de 3 mois (du 05 novembre 2015 au 05 février 2016) en me disant de venir chercher la veille du dernier jour de préavis (solde de tout compte et la feuille pour pôle emploi).

    Il ne m'a jamais demandé de revenir travailler....

    "Pas de salaire de septembre 2015 à février 2016 et pas d'indemnités compensatrices de préavis"

    Pourtant, Pôle emploi, a considéré que j'y avais le droit.

    "Le point de départ de votre indemnisation est reporté de 92 jours à compter du 05 novembre
    2015, calculés à titre conservatoire en fonction des indemnités de préavis qui ne vous ont pas
    encore été versées"
     
     
     J'ai donc été licencié
     
     
      Le seul point positif à cette affaire, c'est que je vais être indemnisée par Pôle Emploi.

     

    J'EN SUIS LÀ

     

    J'ai appelé pour réclamer mes indemnités compensatrices !!!!

    La réponse de l'OGEC, pour eux, c'était logique, de venir faire son préavis.....

    Ils me demandent d'envoyer un courrier en recommander pour réclamer ces indemnités, suite à cela, ils jugeront, s'ils me les versent ou pas......

    Je ne l'ai pas encore fait !!!!***

    SI VOUS AVEZ DES CONSEILS, JE SUIS PRENEUSE....MERCI

     

    ET ÉGALEMENT MERCI POUR VOTRE LECTURE ET LE TEMPS QUE VOUS M'ACCORDEZ.....

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    77 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique